Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Biographies > Carnets d’un héros ordinaire

Carnets d’un héros ordinaire

mercredi 21 novembre 2007, par Françoise Bachelet

Voici la biographie sous forme de journal intime d’un jeune homme juif né le 19 décembre 1919, et élevé à Paris dans l’admiration des héros de la grande guerre, son père s’étant battu à verdun. De son enfance et de son adolescence, on ne saura pas grand chose en même temps, ce n’est pas non plus le sujet du livre. En 1939, après une école d’ingénieur, notre jeune héros entre dans la vie active mais la même année la France déclare la guerre à l’Allemagne. En mai 1940, il reçoit son ordre de mobilisation. Il sera affecté au service des transmissions chargé d’installer et de faire fonctionner tous les moyens de liaisons nécessaires aux forces armées.

Après un passage éclair à la caserne de Montargis, le voilà jeté sur les routes de France qu’il traversera jusqu’à Marcillac. Après un petit emploi de secrétariat au centre de regroupement de Naves et un séjour en chantier de Jeunesse à Chanac, il sera démobilisé en Juin 1941 et se rendra dans sa famille à Limoges où il trouvera un nouveau travail.

C’est là qu’aura lieu le premier contact avec la Résistance. Et tout s’accéléra après le sabotage de la flotte de Toulon et l’invasion de la France par l’armée allemande. On lui demande de se rendre à Brassières d’Issoire où Adrien Pommier qui fait de la construction de postes radio et des dépannages, l’embauche comme dépanneur après l’avoir rebaptisé Auguste du nom du saint du jour ! On lui donne aussi un colt.

Un grand coup se prépare, il en sera ! Blessé à la jambe, sauvé par un boulanger, il sera soigné par des bonnes sœurs mais aussi dénoncé par le même boulanger... Il sera emmené à l’hôpital de Thiers d’où il sera enlevé par ses camarades. Il finira sa convalescence à la clinique du parc à Riom.

Après le petit maquis du Praslong, ce sera l’installation au Mont Mouchet avec le buron du Clozel sous le commandement du Colonel Mondange installé à la Maison forestière. Dans la foulée, il se voit confié la création et la direction d’une compagnie de transmissions pour assurer les liaisons inter-compagnies et éventuellement inter-réduits à la maison forestière. Un autocar Citroën en état de marche devient le PC de sa compagnie. Il est également chargé de réceptionner les parachutages prévus. Radioguidage, balisage optique du terrain, etc ...

A partir du 2 Juin 1944 : les choses changent et vite ! Les Allemands passent à l’attaque. Les combats s’enchaînent, de nombreux résistants rejoignent les maquis de Mont Mouchet. Le débarquement est annoncé, l’ordre de partir au plus vite est donné. Le PC de la compagnie est détruit, et voilà les cinq du car, perdus en pleine nature, isolés et livrés à leur propre sort.

Aidés par Fernande Mirault et Jean Delente, ils passeront les mois de juillet et d’août 1944 dans une ferme abandonnée. Fin août, l’ordre est donné de se rendre à Mauriac où 2 bonnes nouvelles l’attendent : 1) la ville est libérée par les FFI et 2) il est nommé chef du 5ème radio de la région RG

Plus tard, après avoir libéré Clermont Ferrand, créé et commandé un centre d’instruction, mis en place un émetteur local de radiodiffusion, il est nommé Commandant des transmissions de la division d’ auvergne.

Muté au poste de chef de la section « alliés » du service recherches et documentation à la Tour Maubourg, il y restera jusqu’à sa démobilisation le 22 décembre 1945, date de son anniversaire. Il a 26 ans !

Ce livre est un récit autobiographique, celui que Jean Claude Stern a fait à sa fille Viviane Koenig au cours des derniers mois de sa vie, qu’elle a complété grâce aux carnets qu’il tenait pendant la guerre avant de le retranscrire et de nous l’offrir comme un cadeau, pour laisser une trace, pour que l’on oublie pas ce que l’on doit à nos ascendants. A noter la préface de Lucie Aubrac.

  • Viviane Koenig
  • Belin

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?