Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > BD > Ceux qui me restent

Ceux qui me restent

dimanche 7 septembre 2014

Ceux qui me restent

Florent est amoureux de Jenny, elle l’aime et ils ont Lilie. Une enfant belle comme le jour, belle comme l’amour. Mais, beaucoup trop jeune, Jenny meurt et Florent élève seul sa fille. Il l’aime, mal ou pas assez ou pas comme elle voudrait et le quitte. Devenu vieux, Florent souhaite retrouver sa Lilie qui vient le voir tous les jours mais la maladie obscurcit sa raison et l’emprisonne dans les lambeaux épars de sa pauvre mémoire défaillante. Il ne la reconnait pas et la cherche. Il la cherche sans cesse, jusqu’à la fin, jusqu’au bout du chemin.

Il est des récits dont on se dit, c’est une bonne histoire, ce n’était pas mal, il en est d’autres dont on ressort meurtri comme un boxeur qui a été mis ko debout. Ceux qui me restent est l’un de ces récits. Puissant, fort et profond, il ne s’embarrasse d’aucun de ces effets spéciaux qui ne font que jeter de la poudre aux yeux. Un texte minimaliste, des dessins épurés, expurgés au maximum où ne subsiste que l’essentiel, voici un album dont la sobre et sombre beauté réside dans son propos. C’est incontestable, pour traiter de tels sujets, la BD est bien un art adulte.

L’amour, l’incompréhension, l’abandon, la mort et la maladie. Alzheimer, ce puits infernal où sont emprisonnés les souvenirs qui se désagrègent alors que le présent est hors de portée. Un récit emplit de pudeur et d’amour où la douleur du non-dit et du mal compris est exacerbée par la maladie. Un livre superbe !

Ceux qui me restent

  • Damien Marie et Laurent Bonneau
  • Éditions Grand Angle
  • 152 pages
  • 21,90 €
  • 978-2-81893-188-2

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?