Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Romans > Cul de sac

Cul de sac

vendredi 23 novembre 2007, par La Livrophile

Nick Hawthorne a trente-huit ans. Il aime sa liberté par-dessus tout. Il ne cesse de s’assurer qu’il la possède toujours. Il va jusqu’à faire des choses sur un coup de tête pour cela. Ses dernières impulsions l’ont conduit en Australie. Au hasard d’un bar, il rencontre Angie, originaire d’un petit village, Wollanup. Il sympathise avec elle, et à l’entendre, se rend compte que le village d’où elle vient est exempt de certaines choses qui sont courantes dans notre civilisation. Angie ne connaît pas le cinéma, et ne connaît que de la musique des années 70. Après une semaine passée à rire et à faire l’amour, Nick va plonger en plein cauchemar.

Le livre est un peu lent à démarrer, mais cette lenteur ne m’a pas paru désagréable. L’auteur prend le temps de décrire Nick. Nous découvrons son caractère par ses réflexions, par le récit de ses impulsions.

En outre, la scène où il achète son camion au révérend est assez amusante. C’est le personnage du précheur qui m’a fait rire. Il est très cliché.

Le roman démarre vraiment à l’arrivée d’Angie. Le lecteur la trouve tout de suite sympathique. D’abord, elle met à mal une espèce de dadais qui lui cherchait noise. Il est plaisant, voire jubilatoire, surtout pour une fille, de lire une telle scène : enfin, un salaud qui embête une fille et se fait remettre brutalement à sa place par ladite fille. Ensuite, les réflexions d’Angie, son air de femme libre amusent le lecteur, et le met dans de bonnes dispositions quant à elle... Je ne vais pas parler de ce qui arrive par la suite, cela en dévoilerait trop. Sachez simplement que la suite est une longue descente aux enfers. L’auteur nous fait partager tous les sentiments par lesquels passe son personnage. A force de jouer les hommes libres se foutant de tout, Nick a eu une leçon qu’il n’est pas près d’oublier, une douloureuse leçon. D’ailleurs, le cauchemar qu’il fait à la fin pourrait se réaliser... Quoique... vu la propension d’Angie à vider des boîtes de bière, peut-être pas... Le suspense est bien maîtrisé. Il y a pas mal de rebondissements, notamment après que Nick a sombré dans la déprime.

On voit bien que certains éléments sont là pour relancer la tension : les kangourous à déblayer au moment de prendre le camion, la poursuite, etc. Vers la fin, il y a un contretemps que Nick voit tomber sur lui comme un couperet. Cette ficelle était un peu grosse, car le lecteur sait très bien que ce contretemps n’est pas dû à ce que croit Nick. Donc, cette petite frayeur était un peu facile de la part de l’auteur. L’intrigue est bien menée. Au début, Wollanup et ses habitants sont entourés de mystère. Qu’est-ce exactement ? C’est une communauté, mais pourquoi vivent-ils ainsi ? En nous présentant le résultat avant les causes, l’auteur renforce notre peur vis-à-vis des habitants de Wollanup, car nous avons toujours plus peur de ce que nous ne comprenons pas, ayant l’impression de ne pas le maîtriser, puisque nous n’en comprenons pas le mécanisme. J’ai été vraiment déçue de ce qui arrive à Krystal. Elle méritait de s’en sortir. Seulement, si la fin avait été totalement heureuse, elle n’aurait peut-être pas été crédible... Le style est un peu gênant. En général, je n’ai rien contre l’argot dans les romans. Mais ici, il ma semblé que l’auteur en faisait trop. Presque tous les gens que Nick côtoie ont un langage déplorable, et passent la plupart de leur temps à boire de la bière. On les imagine brutaux et incultes. C’est un peu caricatural, mais c’est l’image que j’en ai eue. Je vous conseille ce roman dont la leçon à tirer est assez bien résumée par Krystal : "Quand on baise avec une timbrée, il faut s’attendre à se faire baiser par une timbrée." (La phrase n’est peut-être pas exacte, mais c’est ça en substance.)

Et attention, en Australie, ne roulez pas de nuit, vous pourriez percuter un kangourou.

  • Douglas Kennedy
  • Gallimard

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?