Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Sciences > Demain, nous vivrons tous dans l’espace

Demain, nous vivrons tous dans l’espace

dimanche 24 avril 2011, par François Membre

C’était il y a cinquante ans, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité un homme s’affranchissait de la pesanteur et ouvrait la route de l’espace. Le 12 avril 1961, pendant 108 minutes, la durée de son vol orbital autour de la Terre, le cosmonaute Youri Gagarine entrait dans la légende.

Que s’est-il passé entre ce premier vol et aujourd’hui ? Que se passe-t-il d’ailleurs aujourd’hui, l’espace est-il toujours d’actualité ou bien, très frileusement, pour des raisons bassement pécuniaires, l’homme se recroqueville-t-il sur le plancher des vaches ?

Au cours des 170 pages de son essai, Alain Dupas fait intelligemment le point sur ces interrogations. Alain Dupas est expert en politiques, technologies et stratégies spatiales. Chargé d’études à l’agence spatiale française CNES jusqu’en 2003, il est actuellement expert auprès de la BERD (Banque européenne de reconstruction et de développement) et research fellow à l’université George Washington (États-Unis). Il a écrit une dizaine d’ouvrages. C’est, aujourd’hui, l’un des meilleurs connaisseurs de l’espace.

La conquête spatiale publique est morte

Sa conclusion peut être considérée comme une ouverture ou au contraire faire frémir. La conquête spatiale publique, initiée par la Guerre froide est quasiment morte, les nations n’ont plus les moyens de financer des gouffres à millions qui ne seront (peut-être) rentable que dans plusieurs décennies... si elles le sont jamais. Les agences d’Etat du type de la NASA n’ont pas mis leur monopole à profit pour réaliser des engins plus économiques et les missions que ces agences pourraient être amenées à lancer dans l’avenir passeraient par des sous-traitants ou des partenaires privés. Pas de science-fiction ici mais des faits étayés et prouvés, Alain Dupas n’est pas un romancier. Il ne décrit pas une utopie mais nous entrouvre les portes d’une nouvelle réalité, l’homme est un animal curieux, il ne renoncera jamais à conquérir l’Univers.

Pour Alain Dupas, dans cet ouvrage un peu sec, dont le style rappelle le ton précis et froid d’un rapport d’ingénieur, le glissement public-privé est déjà en marche et plusieurs entrepreneurs comme Richard Branson (fondateur de Virgin et de Virgin Galactic, qui prépare son SpaceShipTwo, dont le premier vol est attendu pour 2011), Robert Bigelow (le magnat de l’immobilier) et d’autres comme Elon Musk, cofondateur de Paypal, patron de Tesla Motors et surtout de l’entreprise SpaceX, créée en 2004, dont le lancement réussi de l’attelage fusée-vaisseau Falcon9-Dragon a stupéfié tout le milieu spatial en décembre 2010 ; ou encore Larry Page et Sergueï Brin, fondateurs de Google, ou Jeff Bezos, créateur d’Amazon, férus d’astronautique... tous cherchent à développer tout d’abord un lucratif tourisme spatial ou à se positionner dans cette course aux étoiles. Ces hommes audacieux qui surent créer des empires ne sont pas de vains rêveurs, s’ils s’impliquent à grands coups de millions de dollars c’est qu’ils savent que ceux qui franchiront la ligne d’arrivée pourront dicter leur loi. .

Un retour aux sources de l’espace

Pionniers ou conquistadores, ces hommes renouent un peu avec les années 1900/1930 quand des scientifiques un peu farfelus ou des étudiants rêveurs envisageaient d’utiliser des fusées pour conquérir l’espace. Les gens sérieux savaient que le rêve de Jules Verne n’était qu’un rêve impossible. Ces personnes sérieuses sont maintenant oubliées, les rêveurs s’appelaient Constantin Tsiolkovski, Wernher von Braun, ou Hermann Oberth...

Avec son ouvrage, Alain Dupas nous fait découvrir ces visionnaires et nous permet de comprendre que, comme il est dit dans le générique des Star Trek, « L’espace, l’ultime frontière. (...) explorer des mondes nouveaux et étranges, découvrir de nouvelles formes de vies et de nouvelles civilisations, et s’aventurer dans les recoins les plus éloignés de la galaxie ». Si les nouvelles formes de vie et de civilisation sont encore hypothétiques, il est certain par contre que l’espace, à long terme sera une source d’enrichissement pour l’humanité, ses minerais, ses réserves d’eau qui vont faire défaut à la Terre nous attendent là haut et puis, n’oublions pas que le Soleil doit s’éteindre un jour, si l’espèce humaine veut survivre, il faut qu’avant cette date elle ait ensemencé les étoiles.

Demain, nous vivrons tous dans l’espace

Alain Dupas

essai

Robert Laffont,

24/03/2011 –

ISBN : 978-2-221-12512-0

174 pages

18 euros

  • Alain Dupas
  • Robert Laffont

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?