Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Érotique > Hilda

Hilda

mardi 8 février 2011, par Georges Fernandes

Difficile de dire si Hilda a eu une jeunesse horrible ou heureuse.

Très jeune elle tomba, comme sa mère, sous les fantasmes de son oncle, qui lui enseigna les plaisirs de la chair, avec toutes les dérives que cela implique. Le scandale fut grand, et fini bien mal pour la famille. Hilda fut placée en pension par la justice, soi-disant pour sa protection. Mais quand une fille porte une réputation de bonne élève au lit, elle finit par attirée les hommes. Peut-être se disent-ils que celui qui avant eux, avait profité d’Hilda n’était qu’une ordure, mais qu’eux-mêmes c’est autre chose, qu’ils ne vont pas profiter de sa jeunesse puisqu’elle connaît déjà les choses du sexe...

Et Hilda va en apprendre et en faire des choses avec les hommes, des jeunes, soumise, fille de joie en boîte de nuit... Puis elle finit par se calmer et rencontrer un homme qui va la respecter, l’aimer pour elle et non ces fesses (du moins en partie). La folie passe et la routine semble s’installer, sauf qu’une femme qui a connu si jeune la perversion et qui a aimé cela, n’oublie jamais vraiment. Le corps et l’esprit réclament ce qu’il connaît. Le début de ce qui semble être la perte d’Hilda s’incarne en Jérôme, son beau-fils. La fin aurait pu être fatal, pourtant l’auteur choisi un final positif, mais qui va encore une fois contre les valeurs de la morale, comme tous le reste du livre.

Un texte érotique sans être vulgaire, immorale et pourtant rempli d’amour.

  • Anonyme
  • La musardine

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?