Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Policiers > L’affaire Karen

L’affaire Karen

jeudi 29 janvier 2009, par Sarah Chelly

Il s’agit d’un roman policier qui se passe en Espagne, à Madrid. Karen est une romancière à succès à qui tout réussit. Un livre best seller, une vie à envier, rien ne semble pouvoir arrêter son ascension vers le succès. Mais elle est retrouvée brusquement défenestrée un matin de lendemain de fête. Qui aurait commis cet abominable crime ? L’enquête commence là. Plusieurs personnages s’entremêlent dans la structure de ce livre. En effet, il est de ces ouvrages étranges où le désordre est calculé, où l’auteur nous ballade pour nous emmener là où il le désire. On trouve donc Pacheo et Duarte, les deux enquêteurs, Velasco, le petit ami, Pilar, l’ancienne fidèle amie ou encore Tino, thésart qui écrit sur l’ouvre de la défunte. Portraits croisés et regards différents se dirigent cependant toujours vers la même personne, Karen la mystérieuse, la torturée, la fascinante. Personne ne semble connaître les raisons de son meurtre. Accident, sombre histoire de drogue, suicide ? L’enquête dans les rues de Madrid, où une question en mène toujours à une autre, laisse les enquêteurs sans réponse.Mais parallèlement à l’enquête on découvre et l’on perçoit plusieurs regards sur l’héroïne déchue .L’écriture moderne et intelligente nous fait toujours garder le fil de cette histoire bien ficelée et l’intrigue nous pousse toujours plus à la curiosité et à l’envie de découvrir la suite. Les allers-retours constants entre l’avant et l’après mort de Karen laissent apparaître qu’elle est en réalité le centre, le personnage principal, et l’on entre petit à petit dans la psychologie de cet être complexe et plein de mystères. Charismatique et entière, elle n’était néanmoins pas dépourvue de failles, et ses faiblesses faisaient d’elle une artiste à part entière.

Ce roman plutôt noir et obscur baigne dans une atmosphère pesante. L’auteur a sans doute eu la volonté de refléter à travers cette métaphore efficace la complexité et le côté noir de Karen. En conclusion, on peut dire que l’on sera vite entraîné dans cette énigme et que l’on aura pas d’autre choix que celui de vouloir connaître la fin.

  • José Angel Manas
  • Métailié Noir

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?