Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Romans > L’honneur perdu des superhéros

L’honneur perdu des superhéros

lundi 9 août 2010, par François Membre

A qui appartiennent les héros de papiers ? Aux auteurs, aux éditeurs ou aux lecteurs ? Pour Brian Parrish, la question ne se pose pas. Alors que sa carrière de dessinateur star des comics connaît une certaine stagnation (ses revenus aussi !) et que la concurrence des jeunes loups aux crayons acérés menace de lui donner un coup de vieux, il décide de booster sa carrière. Changeant brutalement d’éditeur, il propose à ce dernier un coup de poker dont les deux bénéficieront.

Princesse Parfaite, une super-héroïne dans la lignée de Wonderwoman est en chute libre auprès des lecteurs. Après l’éviction de son créateur, la superbe créature est tombée entre les mains de tacherons du dessin alimentaire qui ne surent pas conserver les fans. Lui, Brian Parrish va la reprendre ! Mais il demande carte blanche pour la faire évoluer. L’amoureux transi va donc disparaître et la belle va virer sa cuti. Parrish ne va pas hésiter à lui faire faire son coming out et à la transformer en lesbienne fière de l’être. A elle les p’tites femmes !

Le lecteur propriétaire d’un droit moral

Si cette mutation ne pose pas de problème à Parrish qui est gay, elle n’est pourtant pas du goût de tout le monde. Jerome T. Kornacker, l’un des derniers fans de Princesse Parfaite, n’apprécie pas du tout cette évolution et va tout mettre en œuvre pour que cette scandaleuse trahison cesse au plus tôt...

Les "conventions" où se rencontrent fans et auteurs sont décidemment une source d’inspiration pour ces derniers qui ne décrivent pas toujours leurs admirateurs de façon aimable. On se souvient de la féroce description figurant dans Il est parmi nous de Norman Spinrad (critiqué dans ces pages :

http://www.livredumonde.fr/index.php/module/critiques/cat/12/artid/702/il-est-parmi-nous.html). Si la science-fiction a fait place à la BD, les fans sont toujours les mêmes : gras et débiles avec de l’acné. Une description pas tout à fait fausse en ce qui concerne Jerome T. Kornacker. La rencontre entre l’admirateur blessé par la trahison du dessinateur et celui-ci ne se fera pas sans quelques étincelles.

L’honneur perdu des superhéros de Robert Rodi est un roman drôle et bourré d’humour qui décrit un monde que le lecteur de base imagine idyllique alors que c’est, aux Etats-Unis encore plus qu’en France, une industrie dont le but est de générer du chiffre d’affaire. Petites mesquineries et grosses arnaques y sont courantes et décrites de façon vivante. Joyeusement grinçant et politiquement incorrect voici un ouvrage qui a de quoi faire s’ouvrir quelques yeux. Ajoutons-y en prime une superbe couverture de Caza ce qui ne gâte rien et nous avons un petit bijou.

  • Robert Rodi
  • H&O

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?