Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Religions > L’islam sans soumission

L’islam sans soumission

jeudi 29 janvier 2009, par Sarah Chelly

Cet ouvrage pose la question de la liberté dans la religion. Exister en tant qu’individu, ou se soumettre à la religion ? Peut on refuser de se soumettre sans offenser dieu ? L’homme est parfait mais reste le serviteur de dieu. Peut-il donc par conséquent être libre ? Est-ce conciliable avec l’idée qu’il existerait un représentant de dieu sur terre, un homme « khalif » , lieutenant de la royauté divine ? Autant de question auxquelles l’auteur essaye de répondre, toute en restant neutre et en essayant de trouver les explications au sein des théories en présence. Ainsi,ce dernier part des sources : en effet, dans une étude historique, il met en exergue l’idée qui revient le plus souvent : si l’homme est un lieutenant de dieu, il lui reste donc subordonné. Contredire cette théorie reviendrait à provoquer un séisme théologique, et à construire une nouvelle anthropologie.Certains « réformistes contemporains de l’islam » auraient tenté de développer d’autres démarches intellectuelle mais peu ont osé aller jusqu’au bout. Il s’agit en effet d’après l’auteur d’un thème qui doit toujours être abordé avec la plus grande prudence. Mais l’intérêt de la réflexion dans cet ouvrage est justement de voir l’islam non pas du point de vue d’une soumission,mais de celui d’un héritage. La troisième partie de l’ouvrage pose en effet la question de l’homme en tant qu’héritier de dieu. Si l’homme est créé faible, que lui a donné Dieu ? L’homme reçoit un héritage, mais lequel ? Lui lègue-il une part de son esprit ? Comment se monter digne de cet héritage,et en être responsable ? D’autant plus que pour l’humain, la limite est que la vie n pas éternelle. Mais d’après l’auteur le Coran nous apprend à espérer à travers cet héritage. C’est donc un livre de l’avenir, puisque l’aventure humaine est envisagée sur le plan historique et autour de l’idée de rassembler l’humanité dans un même projet. Dans la dernière partie, les rapports entre l’islam et l’occident sont évoqués, pour conclure sur une question que l’on vous laissera découvrir.

En conclusion, même si l’on ne s’intéresse pas forcément aux problématiques théologiques, cet ouvrage nous permet de réfléchir sur d’autres questions, plus existentielles que spirituelles, tout en essayant de trouver en soi les réponses qui nous conviennent.

  • Adbennour Bidar
  • Albin Michel

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?