Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Livres Universels > La Chanson de Roland

La Chanson de Roland

mardi 3 juin 2008, par Françoise Bachelet

La Chanson de Roland est un poème épique et une chanson de geste de la fin du XIème siècle dont l’auteur reste inconnu à ce jour bien qu’elle soit attribuée sans certitude aucune à Turold dont le nom apparaît à la fin du manuscrit d’Oxford qui est lui-même considéré comme l’exemplaire original. Ecrite en vers décasyllabiques, elle est composée de 291 laisses ou strophes, ce qui représente environ 4000 vers. Elle raconte l’histoire du combat fatal du chevalier Roland, marquis des marches de Bretagne contre une puissante armée maure à la bataille de Roncevaux et la vengeance de Charlemagne. Elle a été principalement transmise par voix orale par les troubadours que l’on nommait aèdes à l’époque.

Les traductions de La Chanson de Roland ne manquent pas mais celle-ci possède plusieurs originalités : tout d’abord celle de proposer un texte écrit en français moderne tout en respectant les harmoniques de l’original comme nous le rappelle l’auteur lui-même. « Le vers d’origine, le décasyllabe presque toujours coupé 4-6 se prête avec assez de bonheur au français moderne pour qu’on ait tenté la gageure de le décalquer. Ce n’était qu’à cette condition, nous semblait-il, que le lecteur d’aujourd’hui se trouverait dans la même situation que son ancêtre médiéval, emporté par le même mouvement, chevauchant au même rythme sur les cahots des mêmes chemins. » Ce qui d’ailleurs est parfaitement réussi !

Ensuite celle de nous faire une présentation de cette chanson en guise d’introduction. Du coup, on en apprend des choses sur le texte en lui-même, l’histoire qu’elle raconte, le récit qui en est fait, la langue employée, les particularités en prosodie et métrique sans oublier une liste des principaux personnages. Le tout enrichi par une petite étude de l’époque qui nous permet de découvrir les structures sociales et les titres individuels ainsi que le rôle de la religion à l’époque du Moyen–Age. Et enfin pour faciliter la compréhension de ce texte, toute une page est consacrée à l’équipement du chevalier.

Et pour compléter le tableau, le papier de ce livre imite le parchemin et la typographie rappelle celle de l’alphabet médiéval. Tout est vraiment fait pour que l’on s’y croit !

Une façon nouvelle et originale de se plonger dans ce récit et de vivre pleinement les aventures de ce célèbre chevalier. Mieux qu’au cinéma !

  • Michel Cégretin
  • Editions du Cosmogone

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?