Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Politique > La cause du peuple

La cause du peuple

samedi 5 novembre 2016, par Georges Fernandes

C’est un pavé de 460 pages qu’il faut lire pour découvrir l’absurdité de la politique au plus haut niveau des responsabilités et de la bêtise. Patrick Buisson fût de nombreuses années le conseiller politique du plus petit président que la France a eu le malheur d’avoir, Nicolas Sarkozy. Petit en taille mais aussi petit en prétention pour le pays. Jamais avant lui un président ne s’était couché-aplatie devant l’Allemagne, devant les banques, devant les sondages et pire que tout devant sa femme dont il écoute les conseils et pire les appliques.

Buisson, héritier de la formule « la ligne Buisson », invention des journalistes au mal d’idées, doit avoir les épaules larges vu tous les reproches et synonymes du mal que l’on lui attribue. Un conseiller conseille, c’est la panacée du poste, celui qui écoute à le choix de suivre ou pas. A la lecture du livre, on se dit qu’heureusement Sarkozy n’a pas tout écouté ou peut-être simplement pas compris. Buisson est difficile dans sa plume, il faut savoir le suivre parfois avec un dictionnaire.

Son texte ne s’adresse pas au commun des lecteurs ni des mortels. Il faut savoir et pouvoir le suivre dans l’idée qu’il a pour la France, car même si on peut lui faire le reproche d’être un nationaliste-catho convaincu il est aussi un fervent défenseur des droits des Français et il s’implique dans la recherche du bien-être de tous et des plus faibles bien d’avantage que peuvent le dire et faire les extrêmes des deux côtés. Mais voilà, Buisson a souvent un langage d’extrême, celui proche du FN ou bien c’est le FN qui se rapproche de lui… C’est sans doute la raison de l’incompréhension des Français vis-à-vis de la fameuse ligne Buisson et la cause de l’échec de Sarkozy à sa réélection présidentielle.

Ce livre est une mine d’informations. Il faut savoir lire entre les lignes. Est-ce que ce sont les politiciens ou la politique qui est pourri ? En tout cas c’est contagieux. Les règlements de comptes sont en odeurs de sainteté dans cette période d’élection et pourtant on ressent l’affection que pouvait avoir Buisson pour celui qui n’était que le bouffon de la république comme le dira plus tard son successeur. Copé, Fillon, pas un qui ne reçoit son coup de poignard. Seul Guaino trouve grâce à Buisson mais aussi aux lecteurs car il en ressort qu’Henri Guaino a vraiment le respect de la France, c’est suffisamment rare pour que cela soit souligné.

La finalité du livre est simple, on comprend que même si le quinquennat de Sarkosy a été mauvais il aurait pu être encore plus difficile pour les Français et qu’en partant dans la condition que ce qui est écrit dans le livre est vrai il ne faut pas que cet homme soit à nouveau aux commandes du pays, sinon celui-ci deviendrait rapidement le capitaine du Titanic, et on en connaît la fin.

La cause du peuple

  • Patrick Buisson
  • Perrin
  • 436 pages
  • 21.90 €
  • 9782262069360

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?