Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Sciences > La loi des séries, hasard ou fatalité ?

La loi des séries, hasard ou fatalité ?

mercredi 7 novembre 2007, par Françoise Bachelet

Si l’on en croit les proverbes populaires du genre « un malheur n’arrive jamais seul » ou « jamais deux sans trois », la loi des séries (répétition d’un même événement en peu de temps) serait plutôt une fatalité. Mais peut être que ce n’est du qu’au hasard.

Le biologiste Paul Kammerer au début du XXème siècle a développé une théorie des séries. Celle-ci suggère l’existence d’un principe universel selon lequel les faits de nature similaire s’attireraient et qui expliquerait l’enchaînement de drames. Son travail préfigure le concept de synchronicité développé par Carl Jung qui attribue une signification aux coïncidences en relation avec l’inconscient de l’observateur.

On cherche d’abord à identifier une cause commune aux événements car on est persuadé qu’ils ne peuvent être fortuits. Mais en analysant objectivement la situation, on pourrait s’apercevoir que la réalité n’est pas si surprenante et que seul le hasard conduit fatalement à observer ce type de phénomène.

Une série peut être l’effet d’un simple concours de circonstances encore faut-il savoir le reconnaître. Le réel problème est que le hasard est par définition imprévisible mais en même temps, il produit naturellement des regroupements. Il est donc normal que des coïncidences existent mais sont-elles toutes dues au pur hasard ?

La théorie des probabilités a été créée pour étudier les phénomènes aléatoires. En mathématiques, l’existence ou non d’un lien entre les événements se traduit par les notions de dépendance et d’indépendance. La notion de dépendance est délicate car elle ne renvoie pas toujours à une relation de cause à effet. De même l’idée sous jacente est qu’un événement de trop faible probabilité ne se produit pas même s’il est possible. Dans la réalité, on ne sait pas si les événements observés sont réellement indépendants, il va donc falloir être très rigoureux dans son analyse.

De plus depuis toujours, l’homme dépend pour sa survie de sa faculté à interpréter les différents éléments de son environnement en les reliant entre eux. Nous nous laissons souvent abuser par la loi des petits nombres, qui est une mauvaise interprétation de la théorie classique de probabilités nommée loi des grands nombres. Nous faisons des généralités à partir d’observation de cas peu nombreux...

Alors hasard ou fatalité ? Telle est bien la question ! Après la lecture de cet ouvrage très bien conçu et aux exemples bien choisis, vous en comprendrez toute la complexité.

  • Elise Janvresse et Thierry de la Rue
  • Les petites pommes du savoir Editions Le Pommier

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?