Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Fantastique / Science-fiction > Le Trône de fer

Le Trône de fer

lundi 16 août 2010, par François Membre

L’action du Trône de fer se déroule sur Terre (ou peut-être pas), doté d’une civilisation de type médiéval, un continent forme le royaume des Sept couronnes.

Dans cette somptueuse saga de fantasy, l’auteur nous présente les quatre grandes familles qui dominent le royaume. Les Baratheon avec le roi Robert, celui-ci, monté sur le trône après avoir renversé son prédécesseur dément, a épousé une Lannister. Le roi a sa capitale dans le sud du pays, une terre où la douceur incite plus à la luxure qu’à la rigueur. C’est dans les provinces du nord, gouvernées par la famille Stark que celle-ci demeure comme aux premiers temps du monde.

Certains auteurs dessinent leurs textes à petites touches, œuvrant à la manière des peintres pointillistes, ce n’est pas le cas de George R. R. Martin. Lui travaille en entrelaçant son récit brin par brin, c’est un tapissier. Le résultat est une grande fresque étonnante de précisions et de détails. L’auteur met habilement en scène une dizaine de personnages principaux dont les destins croisés sont les fils conducteurs de ce récit foisonnant et riche.

Le roi Robert, paillard et bon vivant, fait appel à Eddard Stark, chef de la maison Stark, pour remplacer « la Main du roi » récemment décédé. Mais Eddard va vite se rendre compte que cette mort n’est pas naturelle. Un complot mené par les Lannister vise à les rapprocher du trône. Dès lors, « le jeu des trônes » se déroule sur fond d’ambitions, de vieilles rancœurs et de farouches haines familiales mais il va devenir plus violent avec le décès accidentel du roi. Un jeu de dupes va s’ensuivre où l’honneur et la fidélité vont se trouver mis à mal...

Pendant ce temps, au nord du nord, se trouve le Mur. Construction datant de plusieurs siècles, le Mur sépare le monde civilisé du monde des origines. Ici, les morts se relèvent pour tuer les vivants... Ici, c’est le royaume des Autres, de ceux qui vivaient avant les premiers hommes. Et des phénomènes étranges se multiplient alors que la Garde noire qui protège le royaume n’est plus que l’ombre d’elle-même...

La fantasy a conquis ses lettres de noblesse

Entremêlant intrigues politiques, renversements de situation avec des personnages principaux minutieusement décrits (comme les paysages qui défilent devant nous) George R. R. Martin ne manque pas de souffle et fait vivre son univers de façon épique. Aux États-Unis, cette saga est considérée comme l’une des toutes premières œuvres de fantasy, à côté du Seigneur des anneaux. Le cousinage n’est pas faux, même si la magie est assez discrète dans ce premier volume.

Un petit regret pourtant. Dans les phrases, la multiplication exagérée des incises alourdissent le texte et en gênent parfois la compréhension. Le résultat en est souvent une construction à la Maître Yoda, un exemple entre mille (page 596) : « Qu’un homme fut assez dément pour se mutiler de la sorte, sa clémence envers l’ennemi, on imaginait. »

Voici donc, enfin éditée en français, l’édition intégrale fidèle au découpage originel. Si cette saga d’une grande richesse s’impose comme l’un des monuments de la fantasy c’est en grande part par la description des personnages et par les ressorts psychologiques qui les animent sans manichéisme outrancier. Les "gentils" font preuve d’un caractère droit et fort mais peuvent être bornés par une rigidité extrême alors que les "méchants", aussi retors soient-ils, peuvent être attachants à l’instar de Tyrion Lannister.

Il faut le reconnaître, depuis les conanneries primitives, la fantasy a conquis ses lettres de noblesse. Et c’est tant mieux !

Le Trône de fer, George R. R. Martin, éditions J’ai Lu

L’intégrale, volume 1 (titre original : A Game of Thrones), comprend Le Trône de fer & Le Donjon rouge

790 page

14,90 euros

  • George R. R. Martin
  • J\'ai Lu

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?