Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Romans > Le roman de Cléopâtre

Le roman de Cléopâtre

vendredi 15 février 2008, par La Livrophile

Cléopâtre VII devint reine du double pays à 17 ans. En 51 avant Jésus-Christ, comme le voulait la coutume, elle épousa son jeune frère Ptolémée XIII, un ivrogne débauché qu’elle abhorre. Elle sera contrainte de fuir Alexandrie afin d’échapper aux sombres desseins de son époux. Cléopâtre se réfugie alors en Syrie où elle tente de lever une armée, car la belle souveraine n’est pas de celles qui renoncent. Elle n’a qu’une ambition : reconquérir son trône. En 48, elle offre au glorieux Jules César, allié de Ptolémée XII, les richesses de son Égypte mais aussi son cœur.

Usant de sa jeunesse et de sa beauté, de son intelligence et de ses alliés, Cléopâtre fera tout pour éliminer son époux et monter sur le trône d’Egypte, séduisant les conquérants de son coeur et de son pays pour atteindre son but, rétablir la grandeur de l’Egypte de ses ancêtres et sa suprématie sur le monde méditerranéen. Elle connaîtra une mort tragique, se suicidant parce qu’elle croyait Marc Antoine, son amant et l’héritier de César, mort, croyant qu’avec cette mort tombait le dernier rempart de son Egypte chérie... Voici un roman qui nous présente une biographie romancée de cette reine mythique que fut Cléopâtre, dont la beauté fut chantée par bien des auteurs, même des gaulois... L’action se situe dans le décor grandiose d’Alexandrie, qui n’est autre que l’Athènes africaine qu’avait longtemps rêvée Alexandre le Grand. L’auteur retrace pour nous, et nous fait partager, le destin fascinant de cette reine hors du commun. Elle sut faire rimer amour et ambition, passion et pouvoir, d’abord pour elle-même et pour ses enfants, mais aussi pour l’Egypte toute entière.

J’ai beaucoup aimé ce roman, où l’on voit une reine ambitieuse, orgueilleuse également, subir un destin tragique, voir ses enfants enlevés, déportés ou tués, malgré tout faire face, jusqu’au dernier sursaut d’orgueil dans cette mort qu’elle se fait donner dans la plus haute tour de son palais d’Alexandrie. Certains passages traînent un peu en longueur, mais dans l’ensemble, la lecture est agréable, on sent que l’auteur s’est bien documenté et tient très bien son sujet. Je vous le recommande sincèrement !

  • Jean-Michel Thibaux
  • Presses de la Cité

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?