Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Fantastique / Science-fiction > Les Mentats de Dune

Les Mentats de Dune

jeudi 11 décembre 2014

Un nouvel opus vient enrichir la saga de Dune et nous fournir des clefs pour mieux appréhender toute la complexité et la richesse de cet univers conçu comme une fresque vaste et flamboyante par le génial Frank Herbert et prolongé par son fils Brian Herbert et Kevin J. Anderson.

Il y a un peu moins de 200 ans, la guerre contre les Machines pensantes –qui menaçaient d’asservir puis de détruire l’humanité– s’est terminée par la victoire des humains et la famille Butler est montée sur le trône impérial sous le nom de Corrin en référence à la bataille qui a concrétisée cette victoire. Salvador Corrino, l’empereur actuel est un velléitaire dont le trône ne tient que par la volonté de son frère Roderick.

En effet, la couronne est menacée par les prétentions folles du cul-de-jatte Manford Torondo qui dirige le mouvement butlérien dans un jihad incessant et toujours plus violent. Pour ce fanatique de la pureté humaine, « L’esprit de l’homme est saint, mais le cœur de l’homme est corrompu », son mouvement s’oppose par la force à la création et à l’emploi de machines comme les ordinateurs. Pour ceux qui prétendraient s’affranchir de cette règle, une seule solution : la mort ! La mort à titre d’exemple pour le reste de l’univers.

Pourtant, des forces se mettent en place pour contrer Torondo. Josef Vennport, qui a pris le contrôle de la flotte interstellaire, mène avec l’aide de ses Navigateurs mutants son propre combat contre Torondo. Il a l’avantage de pouvoir soumettre à l’embargo toutes les planètes qui se rangeraient à la furie antitechnologique.

La Mère Supérieure Raquella, pour mener à bien son plan ambitieux d’amélioration de la race humaine n’hésite pas à utiliser secrètement des ordinateurs et, assistée de son ambitieuse disciple Valya Harkonnen, tente de refonder sur Wallach IX l’Ecole des Sœurs qui deviendra le Bene Gesserit.

Enfin, Gilbertus Albans –qui fut l’élève d’Erasme, le robot indépendant– a fondé l’École Mentat où des hommes, choisis pour leurs qualités exceptionnelles, peuvent devenir des ordinateurs humains capables de remplacer les Machines disparues.

Et puis il y a Roderick Corrino, le frère dévoué de l’empereur qui voit venir le danger que ces factions opposées risquent de faire courir à l’Empire jusqu’à ce que l’inconcevable se produise : la mort de sa jeune fille.

Avec ce nouveau titre, Brian Herbert et Kevin J. Anderson retrouvent de façon magistrale la veine des premiers Dune de Frank Herbert. Nous sommes dans un livre-univers où toutes les facettes de la vie se rejoignent, politique, économie, religion, curiosité humaine ou scientifique, appât du gain ou du pouvoir, écologie, drogue, manipulations génétiques... et aucun personnage, même secondaire, n’est inutile pour le développement d’une histoire cosmique.

Un texte dense avec une intrigue complexe, quasiment impossible à résumer mais aussi un ouvrage et une série que l’on ne peut ignorer même si certains textes des successeurs de Frank Herbert peuvent faire pâle figure. Publié, aux États-Unis, en mars 2014, ce titre devrait logiquement être poursuivi par un nouveau dont, on espère qu’il aura la même qualité.

Les Mentats de Dune

  • Kevin J. Anderson & Brian Herbert (trad. par Patrick Dusoulier)
  • Editions Robert Laffont, Collection Ailleurs & Demain
  • 558 pages
  • 24,00 €
  • 2-221-11388-8

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?