Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Fantastique / Science-fiction > Les faucheurs sont les anges

Les faucheurs sont les anges

samedi 2 novembre 2013, par François Membre

Temple a quinze ans, l’âge de sortir, de flirter avec un petit ami. Oui mais cela lui est interdit ! Il y a vingt-cinq ans, une maladie mystérieuse s’est abattue sur l’homme : les morts reviennent à la vie et ils ont faim. L’époque des jeunes files en fleur est passée aux oubliettes et Temple, seule ou presque, ne se préoccupe que de sa survie : échapper aux sacs à viande...

Parcourant les routes désertées de la vaste Amérique, Temple se trouve coincée entre innocence et sauvagerie dans un monde barbare. Si les morts-vivants hantent surtout les anciens lieux de vie, ils ne sont pas seuls et des ilots d’humanité tentent de survivre. Pour Temple, ce ne sont que des asiles provisoires car elle est la proie d’un chasseur humain qui souhaite la tuer.

Illettrée mais intelligente et débrouillarde, Temple goûte avec volupté les beautés du monde, des petits poissons qui viennent nager contre ses pieds, la découverte du sexe, le souvenir d’un avion dans le ciel et pourtant son monde est cruel et vide. Mais Temple est douée pour survivre dans un monde abandonné par l’intelligence.

Le zombie est à la mode ! C’est avec une écriture fluide et un récit prenant qu’Aldern Bell nous précipité en enfer. Ce n’est certainement pas un hasard si cet ouvrage fait penser au célèbre « Je suis une légende » de Richard Matheson. Dans les deux récits, une maladie étrange affecte l’humanité, transformant la population en monstres, des vampires chez Matheson, des zombies ici. La grande différence se trouve dans le personnage central, un homme contre une enfant de 15 ans. C’est cette différence qui fait du livre de Bell un ouvrage fort et tragique. « Il y a quelque chose de sinistre et de viscéralement solitaire dans cet abandon total. De spectral dans la façon dont pourriture et décomposition n’ont pas réussi à atteindre ces lieux à travers l’immense désert. Être abandonné par la dévastation, c’est être abandonné quand même ».

Un récit dur et tragique, même si quelques lueurs d’espoir se profilent entre les lignes.

Les faucheurs sont les anges

[The Reapers are the Angels]

Alden Bell

Trad. de l’anglais (

  • Alden Vell
  • Folio SF

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?