Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Société > Ne leur dites pas que je suis français, ils me croient Arabe

Ne leur dites pas que je suis français, ils me croient Arabe

mardi 28 novembre 2006, par Georges Fernandes

Rien que le titre donne le ton du livre.

Mourad Ghazli est un Français et il le revendique.

Il est champion du monde de Jujitsu, membre de l’équipe de France de judo, et à ce titre a fait jouer la Marseillaise de nombreuses fois dans les stades. Sa présence dans le monde de la politique et son entrée dans la famille de la Franc-maçonnerie lui donne, à juste titre le sentiment d’être un français à part entière.

Et pourtant... ceux qui se sont trouvés en face de lui ont bien trop souvent pris en compte son physique ou son nom à consonance étrangère. Et ils ont voulu se servir de cet homme qui ose se prétendre être un fils de notre pays.

Son passage par les associations de la RATP, lui a permis de comprendre mais ainsi de se battre contre les magouilles de certains dirigeants.

Quand il a voulu intégrer un parti politique, on a bien voulu de lui, mais pas pour ses qualités mais à cause de ses origines.

Mais son grand problème, ce qu’il ne peut certainement à juste titre accepter c’est le communautarisme qui veut que l’on rassemble ensemble ceux qui Se ressemblent ou qui ont les mêmes origines. Les teneurs de la politique veulent bien de lui, mais c’est pour mieux faire venir à eux les français d’origine étrangère. Mourad Ghali arrive à mettre en avant et à faire comprendre que malgré tous les beaux discours, un Français est encore à notre époque jugé sur ses origines et non pas sur ses compétences dans certains domaines , comme la politique entre autres , mais le communautarisme ne se limite pas uniquement à ce microsome mais aussi dans l’habitation. En effet , on peut observer que des quartiers entiers dans les villes et banlieues sont souvent occupés par les mêmes peuples, Africains , Arabes, Asiatiques ou autres. L’auteur explique que les raisons de ce regroupement n’est pas complètement volontaire par les résidents mais que c’est une volonté politique de les regrouper afin, soit disant, de mieux les contenir dans des cités dont les murs se referment sur eux.

Au passage il n’hésite pas à régler des comptes avec les organismes comme le Crif ou SOS racisme.

La lecture de ce livre peut ouvrir les yeux de certains, faire comprendre certaines visions de la politique d’intégration, mais aussi parfois, fait réagir contre des positions de l’auteur.

Sans lui jeter la pierre, malgré ses succés évidents, sa place active dans notre société, on peut sentir dans certains de ses propos comme une amerthume amere , celle d’être acceptée comme un fils d’étranger et non pas comme un Français.

D’où le titre !

Mourad Ghazli jette un pavé dans la mare du politiquement correct, et cela peut faire du bien. Pour cela, il suffit de lire son livre.

  • Mourad Ghazli
  • Presses de la renaissance

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?