Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Divers > Nouvelles et Souvenirs

Nouvelles et Souvenirs

mercredi 18 janvier 2017, par François Membre

Il faut le reconnaitre, Nouvelles et souvenirs, le titre de cet ouvrage, s’il est honnête et vrai, n’est pas attractif. Qui ? Qui, dans notre monde pressé et agité peut s’intéresser aux souvenirs d’une inconnue ? Quelle erreur !

Isabelle Eberhardt, fille d’exilés russes, est née à Genève en 1877. A peine âgée de vingt ans, elle découvre l’Algérie et en tombe amoureuse. Convertie à l’Islam (elle est membre d’une confrérie soufie), elle mène une vie de vagabonde et sillonne le désert en tenue de bédouin sous le nom de Si Mahmoud Saadi à la rencontre des habitants. Une rencontre qui portera ses fruits puisqu’en 1901 elle épouse Slimane, un sous-officier Spahi, musulman français. En 1903, elle rencontre le maréchal Lyautey et se lie d’amitié avec lui, il voit en elle « une réfractaire […] hors de tout préjugé ». Animée par des idéaux de justice et de fraternité elle ne s’intègre pas dans la « bonne société algérienne ». Les colons mais aussi les chefs indigènes ayant perdus leurs racines ne trouvent pas grâce à ses yeux. Ses textes, s’ils décrivent une Algérie partiellement fantasmée sont néanmoins autant de témoignages d’une colonisation qui, à terme, est condamnée.

Les 33 nouvelles et les 6 récits de souvenirs qui composent cet ouvrage sont écrits dans une langue simple et riche. Isabelle Eberhardt fait vibrer sa plume et enivre le lecteur de pleines palettes de senteurs, de couleurs et d’émotions. Si ses descriptions des paysages algériens ne sont pas toujours idylliques, ce sont pourtant autant de déclarations d’amour. Des déclarations d’amour qui s’adressent surtout au petit peuple. Dans la dizaine de pages qui composent chaque texte, on retrouve des personnages emblématiques de l’aube du XXe siècle algérien avec ses certitudes, ses désirs, ses envies, ses amours mais aussi ses rancœurs. Isabelle Eberhardt met habilement en scène des personnages ordinaires mais attachants : des femmes aux amours impossibles, des nomades aux traditions ancestrales, des légionnaires, des marginaux, des marabouts. Et, parce que l’auteur nous montre la vie comme elle est, l’on y trouve aussi l’incompréhension qui, née de la rencontre de deux mentalités différentes, pousse au racisme et à la bêtise. Pourtant, l’amitié entre Arabes et Français est possible, l’auteur le montre clairement dans plusieurs de ses pages mais, certaines scènes de vie villageoise entre colons et « indigènes » préfigurent et annoncent ce que l’on appellera plus tard « les événements d’Algérie » qui déboucheront sur la guerre et une indépendance arrachée dans la souffrance.

C’est dans ce Sahara qu’elle aimait tant qu’Isabelle Eberhardt meurt en 1904, emportée par la crue de l’oued Sefra. Elle avait vingt-sept ans. Ses textes seront publiés une première fois en 1921.

Nouvelles et souvenirs

  • Isabelle Eberhardt
  • Eternel
  • 272 pages
  • 17 €
  • 978-2-9552902-2-4

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?