Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Divers > Petit éloge d’un solitaire

Petit éloge d’un solitaire

mardi 24 février 2009, par Thibault Bonnafoux

Cette collection chez Folio consacré aux éloges est pour beaucoup un fourre-tout dans lequel les écrivains se perdent dans leurs idées et exemples. Ce n’est pas le cas ici puisqu’il n’y a qu’un seul axe, un seul et simple exemple.

Ainsi, le seul enseignement que l’on peut retirer de ce Petit éloge d’un solitaire est de ne jamais se fier à la quatrième de couverture. Celle-ci, censée nous apporter un avant-goût du livre ne reflète dans celui-ci que le seul passage intéressant de quatre-vingt dix pages d’un morne ennui. L’extrait en question laisse supposer que l’auteur, par des analyses sociologiques ou des recherches sur les solitaires historiques, tente de concevoir ce qu’est la solitude et quel est le comportement d’un solitaire. Il n’en est rien et pis, Richard Millet évoque la vie de son grand-père. Petit éloge de mon grand-père aurait bien entendu mieux sonné pour ce récit insipide.

« Il était de ces êtres, si incompréhensibles aujourd’hui, qui ont le goût de la solitude : une solitude qui était plus un accomplissement que de la misanthropie ou de la contestation de l’ordre social qu’elle est devenue dans une société qui a fait du vivre ensemble, de la transparence, du festif, de la convivialité, une des figures de la démocratie où les solitaires sont suspects aux vertueux hédonistes du nouvel ordre moral. Mais s’il aimait autant la solitude, c’était qu’il pouvait ainsi laisser libre cours à ce qu’il faut bien appeler son originalité ou ses bizarreries. »

  • Richard Millet
  • Folio

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?