Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > BD > Petite histoire des colonies françaises T2 : l’Empire

Petite histoire des colonies françaises T2 : l’Empire

mardi 1er avril 2008, par Françoise Bachelet

Le deuxième tome de cette série s’attaque à l’empire colonial français en Afrique, en Asie et en Océanie, période qui commence avec la conquête de l’Algérie en 1830, et se termine à la fin de la deuxième guerre mondiale avec le massacre de Sétif le 8 mai 1945. Ce tome se consacre plus particulièrement à la naissance de cet empire, le prochain tome traitera lui de la décolonisation.

Et c’est ainsi que l’on apprend que nous devons cette période de notre Histoire aux défaites napoléoniennes contre les Anglais qui exaltèrent un sentiment nationaliste chez les jeunes générations qui se mirent à la recherche d’un ennemi moins fort. L’incident diplomatique entre Hussein Pacha, dey d’Alger et Pierre Deval, consul de France qui éclata en 1827 fut l’occasion que beaucoup attendaient. En juin 1930 l’armée française débarqua sur le sol algérien et à partir de 1871 la colonisation officielle commença avec l’arrivée principalement d’alsaciens et de lorrains. Puis dans les années 1880, un type original de colonisation fait son apparition : le protectorat. L’expérience du protectorat fut inaugurée par la Tunisie puis par le Maroc. En 1884, lors de la conférence de Berlin, les principaux pays européens se mirent d’accord sur quelques règles pour le partage de l’Afrique ! Ce qui permit à la France d’obtenir en une vingtaine d’années ses colonies d’Afrique Noire. Voilà pour l’Afrique ! En ce qui concerne l’Océan Pacifique, dès les années 1841, des missionnaires français tentèrent de coloniser la Nouvelle Calédonie, puis le gouvernement y installa des bagnes et petit à petit y développa son influence. Et l’Asie, me direz vous ? Et bien dès le XVIIème siècle, la Compagnie des Indes installa des comptoirs à Chandernagor, Pondichéry, Karikal et Yaman pour faire le commerce de la porcelaine, puis de là, la France étendit sa zone d’influence sur une grande partie de l’Inde jusqu’au moment où les Anglais virent y mettre leur nez. L’attention se reporta donc à ce moment là sur l’Indochine où des missionnaires ( et oui, encore eux !) s’y étaient installés dès le XVIIème siècle. En 1852, la France prétexta qu’ils avaient besoin de leur aide pour prendre Saigon. Une fois sur place, il était facile d’explorer les territoires voisins. Bref, c’est la création de la Banque d’Indochine qui joua un rôle décisif dans notre implantation. En 1914, la paix régnait dans nos colonies enfin pacifiées mais c’est alors qu’éclata la première guerre mondiale ! Et pour un temps, l’attention fut détournée d’elles.

Et c’est ainsi que l’on apprend que nous devons cette période de notre Histoire aux défaites napoléoniennes contre les Anglais qui exaltèrent un sentiment nationaliste chez les jeunes générations qui se mirent à la recherche d’un ennemi moins fort. L’incident diplomatique entre Hussein Pacha, dey d’Alger et Pierre Deval, consul de France qui éclata en 1827 fut l’occasion que beaucoup attendaient. En juin 1930 l’armée française débarqua sur le sol algérien et à partir de 1871 la colonisation officielle commença avec l’arrivée principalement d’alsaciens et de lorrains. Puis dans les années 1880, un type original de colonisation fait son apparition : le protectorat. L’expérience du protectorat fut inaugurée par la Tunisie puis par le Maroc. En 1884, lors de la conférence de Berlin, les principaux pays européens se mirent d’accord sur quelques règles pour le partage de l’Afrique ! Ce qui permit à la France d’obtenir en une vingtaine d’années ses colonies d’Afrique Noire. Voilà pour l’Afrique ! En ce qui concerne l’Océan Pacifique, dès les années 1841, des missionnaires français tentèrent de coloniser la Nouvelle Calédonie, puis le gouvernement y installa des bagnes et petit à petit y développa son influence. Et l’Asie, me direz vous ? Et bien dès le XVIIème siècle, la Compagnie des Indes installa des comptoirs à Chandernagor, Pondichéry, Karikal et Yaman pour faire le commerce de la porcelaine, puis de là, la France étendit sa zone d’influence sur une grande partie de l’Inde jusqu’au moment où les Anglais virent y mettre leur nez. L’attention se reporta donc à ce moment là sur l’Indochine où des missionnaires ( et oui, encore eux !) s’y étaient installés dès le XVIIème siècle. En 1852, la France prétexta qu’ils avaient besoin de leur aide pour prendre Saigon. Une fois sur place, il était facile d’explorer les territoires voisins. Bref, c’est la création de la Banque d’Indochine qui joua un rôle décisif dans notre implantation. En 1914, la paix régnait dans nos colonies enfin pacifiées mais c’est alors qu’éclata la première guerre mondiale ! Et pour un temps, l’attention fut détournée d’elles.

Comme on ne change pas une équipe qui gagne, pour ce second tome de cette série, nous retrouvons le même auteur Grégory Jarry, le même dessinateur Otto T ainsi que le Général De Gaulle, personnage illustre qui nous guide à travers ce récit. Même verve aussi ! Chaque planche est composée d’un court texte souvent ironique ou sarcastique mais qui relate des faits réels, illustré par des dessins minimalistes et rigolos dans le fond ! Ce qui ne veut pas dire que le sujet le soit ! Je pense au contraire que cette partie de notre histoire mérite d’être mieux connue pour que l’on comprenne clairement les enjeux et dégâts causés par cette soif de pouvoir !

  • Grégory Jarry & Otto T.
  • Editions FLBLB

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?