Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Philosophie > Philosophie de la révolution française

Philosophie de la révolution française

mercredi 30 décembre 2009, par Bertrand Puysségur

La Révolution française n’est pas tombée du ciel comme cela. Si on a retenu des dates, des événements, des hommes ou des faits politiques, on s’est bien peu intéressé à ce qui en a été la matrice intellectuelle. Quelle est finalement l’idéologie de la Révolution française ? Quel a été le débat philosophique et les idées qui ont marqué 1789 ? Bernard Groethuysen nous aide à y voir un peu plus clair dans les principes philosophiques qui ont inspiré les hommes de la Révolution. Il ramène principalement cela à trois figures déterminantes du paysage intellectuel français du XVIIIème siècle. Montesquieu, Voltaire et Rousseau sont les grands inspirateurs. Ceci n’est pas nouveau mais ce livre met en parallèle la pensée politique de ces auteurs avec les réalisations concrètes des révolutionnaires français.

Décrivant le cadre intellectuel de l’époque, remontant jusqu’à Descartes, Bernard Groethuysen examine ce qui dans la pensée politique de chacun, ses apports conceptuels, s’est finalement traduit dans la réalité. De l’idée de "Séparation des pouvoirs" de Montesquieu à celle de "Volonté générale" chez Rousseau ou de "Tolérance" chez Voltaire, on retrouve les liens entre abstraction et réalisation effective. Deux choses sont à remarquer dans ce livre écrit de manière professorale et abordable. La première serait de dire qu’une société n’est pas simplement le résultat d’un processus historique et que la part des hommes et de leur pensée est ce qui détermine son fonctionnement et son horizon. Autrement dit, penser le monde c’est agir sur lui et que les choses ne s’ordonnent pas ou plus d’elles-mêmes depuis 1789.

D’autre part, c’est aussi un appel à ce débat d’idées si nécessaire à notre époque que conduit la conclusion de ce livre. Moins notre pensée sera féconde et plus nos difficultés à régler les problèmes du monde pourront être dépassées. A l’heure de l’échec de tous les grands systèmes de pensée politique et du vide sidéral qui caractérise l’action politique au nom d’un certain "pragmatisme", on se demande si la détresse de notre présent n’est pas en partie due à la pauvreté de toute réflexion pouvant conduire à des principes pratiques et applicables.

  • Bernard Groethuysen
  • Gallimard

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?