Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Romans > Un trader ne meurt jamais

Un trader ne meurt jamais

vendredi 29 mai 2009, par Thibault Bonnafoux

L’éditeur nous propose de se plonger : « dans un thriller en temps réel au cœur du cataclysme financier. » Marc Fiorentino, spécialiste à renommé mondiale des marchés financiers et éditorialiste sur BFM et dans la Tribune, décide de dévoiler l’univers d’un trader dans une version romanisé dans laquelle chaque chapitre correspond à un jour de « trading ». Dés lors, on suit l’évolution de ce : « Sam Ventura, ex-trader et golden boy ruiné, qui retourne dans l’arène des marchés financiers pour livrer son dernier combat, un combat où il joue sa vie ... »

Aborder un livre avec un a priori tel qu’il soit n’est jamais souhaitable. Et pour cause, la difficulté de voir des bons thrillers émerger dans la littérature actuelle rend sceptique quand à la possibilité qu’un manitou de la finance réussisse. Une fois encore, le verdict est presque sans appel ! Les cent première pages soporifiques accompagnent une seconde moitié du livre se révélant plus captivante avec d’avantage d’intrigue (Quoi de plus logique pour un thriller ?!) mais sans toutefois une once de génie. On y trouve certes des éléments de réponse sur la frénésie financière de ces derniers mois mais ce n’est rien face aux lieux communs sur la droite capitaliste qui achève le récit. Comme souvent avec des auteurs qui ont un métier autre que celui d’écrivain, le style n’y est pas ! Et c’est bien là le problème, à trop souvent croire (à tort !) que la maîtrise de l’écriture est facile à acquérir on se retrouvé inondé de « bouquins » avec une trame attrayante mais sans rien derrière.

Prologue :

« Je croyais être guéri. Huit ans. Huit ans sans la moindre dose. Huit ans sans adrénaline ... Huit ans de mort lente. Je n’en peux plus. Je panique. Je craque. Je replonge. Je ne veux pas mourir dans un lit. Je ne veux pas mourir retraité. Je veux mourir ruiné ou milliardaire. Il faut que je spécule. Maintenant. Tout de suite. Mourir en spéculant ce n’est pas mourir, c’est vivre. Je suis un trader et un trader ne meurt jamais. »

  • Marc Fiorentino
  • Robert Laffont

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?