Critiques littéraires de livres et BD, actualités de la lecture

Accueil > Critiques > Fantastique / Science-fiction > Veille

Veille

mercredi 10 novembre 2010, par François Membre

Suite d’Eveil, paru chez le même éditeur en février de cette année, Veille poursuit et approfondit la découverte du monde par deux personnages liés l’un à l’autre et pourtant indépendants.

Le premier de ces personnages est Caitlin. Cette adolescente américaine est aveugle de naissance pour remédier à son handicap, le professeur japonais Kuroda lui implante une prothèse fonctionnant grâce à l’informatique. Après des débuts décourageants, Caitlin ne voyait que des lignes brillantes, l’héroïne se rend compte que ces lignes représentent le Web.

Mais comme toute action déclenche une réaction, l’irruption de Caitlin dans le réseau Internet va bousculer le schéma binaire. Une étincelle virtuelle met ainsi le feu aux poudres et amène progressivement la Toile à la conscience. Ce nouveau roman de Robert J. Sawyer décrit la relation d’amitié qui se noue entre l’adolescente et l’intelligence artificielle, rapidement baptisée Webmind, un nom qui est tout un programme.

Une SF accessible à tous

Si Robert J. Sawyer explore les étonnantes possibilités que peut promettre Internet, il n’est pas un cyberpunk. Tout d’abord, son futur se passe aujourd’hui et ses personnages font partie de ceux que l’on croise sur n’importe quel trottoir, des personnages ordinaires qui vivent des vies ordinaires avec des soucis ordinaires. Son monde n’est pas un univers glauque où tout se déglingue et va de travers. Nous avons droit à des nations proprettes, où l’on recherche le consensus, comme ces commerces canadiens anglophones qui remplacent l’apostrophe de leur nom par une feuille d’érable pour ne pas froisser les francophones.

On pourrait donc, peut-être, reprocher à l’auteur de décrire un monde où, à part quelques bas du front formatés par le gouvernement, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Ce serait aller un peu vite en besogne, ce roman d’aspect lisse et sans gros effets littéraires recèle quelques morceaux de bravoure comme la défense du droit au mariage des homosexuels ou la renonciation à la guerre (incluse dans la constitution japonaise).

De la SF pour ceux qui n’aiment pas la SF

Quelques puristes feront la grimace, l’écriture de Sawyer est simple, sans apprêts, sans afféteries inutiles. Ses ouvrages se lisent facilement, sans prise de tête. Il nous offre une science-fiction populaire, accessible à tous, qui contribue à ses succès de librairie et fait que les magazines américains voient en lui le plus grand auteur de SF du Canada. Bien sûr, vendre et avoir du succès auprès du grand public n’est pas obligatoirement un critère de qualité chez un artiste mais cela ne veut pas dire non plus que c’est de la soupe. Eveil est de la bonne SF et si le thème n’est pas neuf, il présente l’intérêt d’être accessible même à ceux qui ne connaissent pas ou n’aiment pas la SF. Ce que Romantic Times Book Reviews traduisait par « Original et surprenant. Sawyer rend la science-fiction intelligible et profondément réjouissante. »

Chez Robert J. Sawyer, la SF ne manque pas d’idées mais celles-ci sont présentées de façon non agressive et contribuent à faire de la SF une littérature populaire vivante et pas un genre littéraire réservé à de doctes et ennuyeux théoriciens. Par ailleurs, dans ses ouvrages, Sawyer réserve une grand place à l’aspect humain des personnages, il montre des gens vivants, pas des créatures froides et guindées. La relation amoureuse entre Shoshana et son amie, la recherche d’un petit ami par Caitlin ne laissent pas indifférent, si ces épisodes n’apportent rien à l’intrigue ils contribuent à l’humanité du roman, à l’ancrer dans le réel et au succès de celui-ci.

Alors, pour ces diverses raisons, Eveil, le premier volume de cette série, méritait d’être retenu parmi les cinq derniers titres en lice pour le prix Hugo 2010. Veille

Robert J. SAWYER

Traduit de l’anglais (Canada) par Patrick Dusoulier

Collection : Ailleurs & Demain, éditions Robert Laffont

406 pages, 21 euros

  • Robert J. Sawyer
  • Robert Laffont, collection Ailleurs & Demain

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?