BD : ça ne coûte rien

CRITIQUES BD

Pierre se trouve dans la ville de Shanghai, en Chine. Il est jeune, ne travaille pas puisqu’il doit recevoir prochainement un héritage de plus de six cent mille euros. En attendant il s’accorde le plaisir d’être loin de la France. Pas complètement toutefois car il a choisi comme point de chute de prendre un appartement dans le quartier des Européens. Il va vivre dans une colocation avec deux femmes qui vont, elles et leurs amis, lui faire découvrir la partie bling-bling de la ville, les restaurants de luxe où on mange à volonté pour moins de quinze euros, les boites de nuits où les verres ne sont jamais vides… Mais la belle vie ne dure pas pour Pierre, ses économies fondent comme neige et son héritage tarde à arriver. Il choisit donc de ne plus dépenser son argent à la légère et de refuser l’aide financière de ses amis. Peu à peu, il se retrouve à l’écart de toutes les fêtes et finit par ne plus avoir de contact avec les autres. La faim le tenaille mais produit aussi en lui une recherche profonde de son être.


Être potentiellement riche et devenir un paria suite au refus de dépenser son argent inutilement, savoir reconnaitre les priorités et refusez-les préjuger raciaux, voilà ce que l’auteur, Sauline, nous propose dans la lecture de cet ouvrage, tantôt en couleurs, tantôt en gris. Dans notre société de consommation à outrance il est bon de rappeler que d’autres doivent vivre un mois entier avec la même somme que l’on dépense en moins d’une minute pour des futilités qui ne dureront pas.

C’est vraiment très bon !

 

Laisser un commentaire