BD : De briques et de sang

CRITIQUES BD

1914, le ton monte en Europe, mais à Guise – et surtout les habitants du Familistère (fondé par l’ingénieur Godin) – on tourne davantage le regard vers son voisin que vers la frontière. Deux morts, deux crimes incompréhensibles et sans mobile apparent viennent d’y être commis. Affaire classée pour la police qui vient d’arrêter un vagabond, le coupable idéal ! Trop simple pour Ada, d’autant que deux autres personnes sont mortes. Aidée d’un journaliste de l’Humanité, la jeune adolescente va enquêter. Et la guerre approche !

Reprenant le thème cher à Simenon d’une enquête dans un milieu bien particulier, les auteurs nous font découvrir un univers quasi inconnu. Voici donc un album qui offre une double lecture, policière tout d’abord avec crimes et enquêtes et ensuite social et humaine par la découverte d’une authentique utopie sociale créée longtemps avant l’émergence du soviétisme. Sans oublier l’approche de la guerre, les relations de la presse avec la police et l’ombre de Jaurès qui plane sur ce drame picard.

Laisser un commentaire