BD : Jonathan T15 Atsuko

CRITIQUES BD

Voyageur dans l’âme, Jonathan se trouve au Myanmar et tente d’obtenir un nouveau visa car le sien va expirer. En revenant à sa pension, il aperçoit une silhouette sur le balcon de sa chambre. Un peu plus tard, il rencontre une ravissante japonaise, Atsuko, qui l’aborde avec un haïku et qui s’excuse de son intrusion dans sa chambre. Elle voulait photographier l’endroit où sa mère est née il y a cinquante ans. Sa grand-tante Hisa les avait rejoints et faisait des recherches sur l’Histoire du Bouddhisme. Elle voulait prouver que des reliques avaient été déplacées. Elle a mystérieusement disparu en 1947, la veille de son mariage ! Après trois ans d’absence, Cosey renoue avec une intrigue moins contemplative puisqu’il y a ici une double énigme à résoudre. L’amour est présent et palpable. Histoire d’amour véritable pour Hisa. Amour platonique pour Jonathan et Atsuko. Hisa reste le centre du récit à travers ses cahiers de pèlerinage. La quête des deux jeune gens va les rapprocher. Avec une fausse lenteur, le récit, pointillé de haïkus, démêle les fils du passé et conte les vies transformées par la guerre. Cosey surprend son lecteur avec un dénouement des moins convenus. Cosey construit ses personnages par petites touches. On retrouve dans cet album son graphisme sûr et aérien. Les décors sont superbes, les paysages époustouflants. Un trait limpide et pur se dessine à l’image de la neige qui couvre le récit…
Un voyage exquis vers la quête de l’amour et du souvenir. A ne pas manquer !

Laisser un commentaire