BD : Le Château des ruisseaux

CRITIQUES BD

Toxicomane, Jean a assisté à l’overdose de celui qui volait dans les magasins avec lui. Le juge l’a obligé à un suivi thérapeutique. Il a été admis au centre Apte « Aide et prévention de la toxico-dépendance par l’Entraide » à Soissons dans l’Aisne. Apte se trouve au Château des ruisseaux et s’inspire des pratiques thérapeutiques américaines. Bien accueilli par le groupe, Jean a un entretien avec le directeur qui lui apprend qu’il est un ancien drogué comme tout le personnel d’Apte. Au Château, on ne consomme plus… Le scénariste Frédéric Poincelet nous livre ici une autofiction. La plupart des personnages existent ou ont existé. Toutes les anecdotes sont vraies. Et, le Château des ruisseaux existe bel et bien. Le lecteur a donc la chance de découvrir le vécu de toxicomanes avec le constat du nombre faible de guérison. A travers les discussions des différents acteurs, on lit leurs parcours poignants. Ce qui emporte aussi l’adhésion dans cette bande dessinée, c’est le travail prodigieux de Bernière. Le graphisme de Bernière, très épuré, restitue les émotions et les expressions. Conçu comme un huis-clos, le récit se passe de décors. Mais, Bernière sait faire vivre ses personnages dans les couleurs douces de Véronique Dorey.
Un docu-fiction absolument passionnant qui suscite la réflexion. A ne pas manquer !

Laisser un commentaire