BD : Le périple de Baldassare Un Ciel sans étoiles

CRITIQUES BD

Décembre 1665. Baldassare Embriaco, Génois d’Orient, négociant en livres et curiosités, se voit un jour offrir, en remerciement d’un service, un livre mythique : Le Centième Nom, ouvrage légendaire qui contiendrait le nom caché de Dieu et détiendrait de ce fait le pouvoir d’apporter le salut au monde. Mais, Baldassare, maladroit, laisse presque aussitôt l’ouvrage lui échapper. Alarmé, Baldassare part sur les routes vers Tripoli, afin d’essayer de retrouver l’ouvrage. Marta, enceinte, découvre que son mari n’est pas mort, et Baldassare, qui croyait Le Centième Nom perdu, apprend qu’il serait entre les mains d’un commerçant anglais… Dessinateur et scénariste, Joël Alessandra adapte ici un roman d’Amin Maalouf. Il y avait tant de matière qu’il a découpé l’histoire en trilogie. Un Ciel sans étoiles raconte un amour impossible et un périple semé d’embûches. Rien n’est épargné au héros : la perte de Marta et de multiples déconvenues. C’est avec déchirement qu’il laisse partir Marta. Enfin, il lui arrive un phénomène étrange relatif à l’objet de sa quête. Le graphisme léger et chatoyant illustre le récit à merveille. Alessandra écrit son scénario sous forme de BD, mais aussi comme un carnet de voyages. La technique utilisée rend hommage aux paysages que les couleurs vives subliment.
On attend avec impatience le dernier volume de cette adaptation réussie car le récit charme le lecteur…

Laisser un commentaire