BD : Siegfried III Le crépuscule des Dieux

CRITIQUES BD

Mime et Siegfried rejoigne la cité des nibelungs où vit Fafnir, le frère de Mime. Mime retrouve ses amis figés dans la pierre et tente de faire renoncer Siegfried. Rien n’y fait et ils traversent l’eau pour se trouver au cœur de la cité. Siegfried s’apprête à combattre et Mime lui donne un casque pour se protéger. Le combat est terrible, dantesque. Seul son cheval aide Siegfried à ne pas sombrer. Mais, son épée ne rompt pas. A l’issue du combat, Siegfried part délivrer la fille d’Odin qu’il devra affronter. L’amour sera-t-il le plus fort ? Comme Richard Wagner et John Ronald Reuel Tolkien, Alex Alice s’inspire de la légende de Siegfried issue de la mythologie germanique et nordique. Alice avait prévu au départ un de concevoir d’abord un film d’animation puis de revisiter le sujet pour en faire une trilogie d’heroic-fantasy en BD. Les deux premiers tomes n’ont pas déçu atteignant par moments des sommets. Cet opus, « Le crépuscule des dieux », voit la chute du dragon et du dieu et le triomphe de l’amour. De façon magistrale, Alice parvient à rendre son récit passionnant. Grâce à des cadrages de toute beauté et à un découpage plein d’ingéniosité, la partie graphique est époustouflante. On peut qualifier de grandiose son travail sur les personnages et les décors. A la fois chanson de geste au souffle épique et poignante histoire d’amour, tragédie et comédie, Siegfried est un régal. La conclusion touche au sublime.
Le dénouement somptueux d’un chef d’œuvre à ne manquer à aucun prix !

Laisser un commentaire