Esther et ses amis

CRITIQUES BD

Esther est une jeune femme à la page. Sexy en diable cette somptueuse rouquine cultive avec amour (et humour) une personnalité ingénue et très délurée. Affriolante comme ce n’est pas permis elle fait tourner et perdre la tête à plus d’un mâle (humain ou pas puisqu’on la voit –très– intime aussi bien avec des extra-terrestres que des gnomes, des robots ou la censure).

Esther qui fait ici sa première apparition en France est une célébrité en Flandre où son créateur l’a déjà fait caracoler dans 15 albums où gravitent des personnages issus des contes comme le Prince Charmant ou des monstres de la pop culture et des sorciers vaudous… Le tout évoluant dans un univers intemporel et totalement débridé dont la logique est souvent absente, tel cet amant de passage dissimulé en pièces détachées dans divers endroits de la maison. Des histoires coquines (souvent) et absurdes (presque toujours) dont le maître mot est plaisir qui nous entrainent loin des contingences de la vie courante même si certains éléments viennent parfois nous rappeler notre quotidien.

C’est au travers de gags de longueur variée, d’un strip à une pleine page, que l’auteur décline le monde d’Esther avec la seule limite d’une imagination foisonnante. N’oubliant pas qu’elle est femme et jouant, tout autant qu’elle subit cette féminité, Esther est un acteur fort de la BD flamande. C’est avec bonheur qu’elle intègre la déjà longue série de personnages décalés qui nous vient du Plat Pays. Cet album  est une ode à l’absurdité où les gags s’entremêlent dans un style corrosif et coloré.

 

Esther et ses amis, Kim (Duchateau). Editions Fluide Glacial-Audie, 56 pages, 12,90 euros.

Laisser un commentaire