La goûteuse d’Hitler

Elles sont au nombre de dix. Dix femmes qui ont reçu sous la contrainte l’ordre de manger ce que leur donne quand le peuple allemand commencent à souffrir de la faim. La bénédiction de la situation n’est en fait qu’un suicide au ralenti. Elles ne sont rien d’autre que des goûteuses des plats qui vont ensuite être remis au monstre, à l’ogre pour certains ou au sauveur pour les autres : Adolphe Hitler.  C’est la peur que l’on empoissonne les repas d’Hitler qui a réuni à la même table les dix femmes sous la surveillance des SS.

Le lecteur va suivre sous le regard d’une des goûteuses, Rosa, la vie de ses femmes. Certaines deviendront des amies, d’autres perdront la vie ou ferrons preuve de courage. L’écriture du texte dévoilera les faiblesses des êtres humains face à l’absurdité d’un régime fasciste. La vie continue avec ses joies et ses tristesses. Comment imaginer qu’une histoire d’amour puisse être possible au milieu d’un attentat contre le moustachu ? Comment oser critiquer les actes des autres ? Dans une période où il fallait toujours cacher ses sentiments, toujours mentir, à qui faire confiance ?

Même si cela n’est qu’un roman, il est si bien écrit que l’on a envie que cela soit réel. L’auteur part d’une histoire vraie, les goûteuses ont bien existé, le reste n’est qu’une affaire d’imagination et de talent pour le transposer en écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *