Le peuple du grand chariot

CRITIQUES LIVRES

Ce court texte (45 pages), écrit –en 1953– par l’écrivain américain William Lindsay Gresham (publié, un an plus tard, en France par le magazine Fiction) porte clairement la marque de son époque : le cœur de la Guerre froide et la crainte d’un conflit nucléaire opposant les Etats-Unis et l’Union Soviétique. En effet le récit se situe après un conflit (supposé) mondial « la Grande Guerre Incendiaire » qui a fait disparaître « la Civilisation-telle-que-nous-la-connaissions ».

Mais la vie continue, si les villes mortes ne sont plus que de vastes champs de ruines, les campagnes survivent. Plus d’électricité, les technologies du monde moderne sont absentes et la population survivante régresse peu à peu faute de connaissances. Pourtant, dans ce que furent les Etats-Unis, une population a vu son statut évoluer favorablement. Autrefois méprisés, les Roms (Gitans, Bohémiens ou encore Romanichels), de voleurs de poules sont devenus par renversement de situation, le dernier espoir des gadjos. Profitant de « la Grande Vie », le clan de Johnny Petulengro sillonne les routes de la région de Boston, il est accueilli et fêté partout où il passe car il détient et partage des savoirs et des techniques simples mais devenues inconnues du reste de la population comme l’emploi d’écorces d’arbres pour réparer les toitures ou forger des hameçons…

Lors de leur arrêt dans un village, Fedar le fils adoptif de Johnny tombe amoureux d’une jeune fille et décide de quitter les siens pour l’épouser. L’auteur montre alors comment un jeune garçon appartenant aux deux cultures va tenter de s’intégrer à la vie des gadjos avant de découvrir le secret des Roms qui l’ont élevé…

Sur une idée originale pour l’époque, montrer la culture rom et comment la vie de ces nomades récemment arrivés en Amérique peut trouver sa place dans le rêve américain, l’auteur greffe l’apocalypse nucléaire et offre aux Roms une origine extra-terrestre inattendue. On notera que depuis cette nouvelle, « les Gens du Voyage » ont trouvé leur place dans la SF et sont décrits par Robert Silverberg avec une tendresse toute particulière dans L’étoile des Gitans.

Le récit est suivi par une présentation de l’auteur et du texte avec une courte restitution du contexte historique et une mise en situation de la présence des Roms en Amérique du Nord.


Le peuple du grand chariot (The Star Gypsies), William Lindsay Gresham. Éditions Le passager clandestin (Dyschroniques) – Traduit de l’anglais, traducteur inconnu. 64 pages, 5 euros. ISBN : 978-2-36935-429-1

Laisser un commentaire