Une affaire si facile

CRITIQUES LIVRES

Un avocat face à ses doutes et à la vérité. Juin 1984. Dans un pavillon de la banlieue parisienne, Martine tue son mari d’un coup de fusil. Simon Fogel, brillant avocat pénaliste, accepte de la défendre. Dans le dossier de cette mère de famille sans passé judiciaire qui veut protéger son fils Nicolas, âgé de six ans, il découvre le calvaire d’une femme battue et soumise aux caprices sexuels sordides de son époux violent. Les policiers bouclent rapidement le dossier. Des aveux, une coupable, un mobile. Une affaire si facile et banale en apparence, dans laquelle l’avocat peut plaider les circonstances atténuantes. Mais y a-t-il des affaires faciles ?

Un polar classique, avec un assassin, des flics et un avocat ? Pas exactement non, car cette affaire facile est surtout vue par l’avocat. Les autres, la police, faisant un peu figure de comparses subsidiaires et l’assassin apparaît comme une femme falote et sans histoire s’il n’y avait ce meurtre. Maître Simon Fogel, notre avocat, n’a rien d’un Perry Mason, il travaille selon la justice et la loi française, il ne mène pas d’enquête extraordinaire et se contente d’étudier ses dossiers et de plaider devant la cour.

Un travail que Francis Szpiner, l’auteur connaît bien puisque c’est le sien et qu’il nous transmet au travers d’une écriture fluide, sans artifice inutile. Au vu des similitudes, cette « affaire si facile » n’esr pas sans rappeler « l’affaire Jacqueline Sauvage ». Ancrant son récit dans la réalité par des rappels de la vie politique et sociale de l’époque l’auteur nous présente le fonctionnement du système judiciaire dans notre pays.

Un dossier simple, peut-être bien trop mais comme l’avocat le dit à son assistant : « La Vérité ? L’avocat n’est pas au service de la vérité. L’avocat est au service de la vérité judiciaire. Et les Latins disaient déjà que la vérité judiciaire devait être tenue pour la vérité, ce qui prouve bien qu’ils avaient conscience que la vérité judiciaire et la vérité n’étaient pas une seule et même chose ».

Une affaire si facile, Francis Szpiner. Editions le Cherche Midi, 160 pages, 17 euros. ISBN : 978-2-7491-6093-1

Laisser un commentaire